Voyages Baroude, le site des baroudeurs. Partager pour mieux voyager.

AfriqueMaroc 

Cérémonial et tradition du thé au Maroc

lundi 19 juin 2006, par VoyagesBaroude

Voir aussi : Cérémonie du thé dans le monde

Historique :

  • Le thé a été introduit au Maroc et offert sous forme de cadeau au Sultan Moulay Ismail au XVIIe siécle par un voyageur danois ou hollandais. Le déroulement de la cérémonie, la pondération et l’élégance des gestes, les dimensions philosophique et esthétique sont autant de volets intéressants à observer, dans la mesure où ils retracent des aspects historiques et artistiques du rituel d’une boisson princière qui depuis s’est démocratisée. Le thé était d’abord un produit de luxe. Importé de loin, probablement du Kenya, 3e producteur mondial, ses accessoires l’étaient aussi. Ils exprimaient le prestige et l’opulence, particulièrement chez les notables. Plusieurs vieilles familles sollicitées nous parleront de l’inestimable valeur de vaisselle pour thé, héritée des aïeux. Jalousement gardées, ces pièces de musée représentent le récipient à eau communément appelé babord que nous ne verrons point. "Une pièce unique se trouve chez une famille d’In Salah", dira une vieille dame. En cuivre aux trois couleurs, cet ustensile comporte trois paliers : l’un pour les braises, le second pour l’eau et enfin la cheminée, le tout sur quatre pieds.


Philosophie :

  • La cérémonie du thé dans le Sahara est une tradition, un art et une philosophie, étroitement liés aux coutumes d’hospitalité dans la halte du voyageur qu’est l’oasis. A l’instar de la célèbre cérémonie du thé japonais, la sagesse à laquelle fait référence le cérémonial des oasis rattache encore la vie sociale des habitants à une culture ancestrale. "Elle est fondamentalement basée sur la recherche de l’équilibre dans un milieu hostile, la consultation, la contemplation et la bienséance envers les voyageurs. Etancher la soif d’une caravane sillonnant le désert avec cette boisson est le summum de la bienveillance", nous dira un sage d’In Salah.

Préparation du thé :

  • La préparation du thé diffère à quelques détails près, selon les régions. L’eau est généralement bouillie, elle est froide dans certaines oasis de l’extrême sud-est du pays. Une dose moyenne de feuilles de thé, un mélange savant de chaâra (longues feuilles) et mkâabar (feuilles rondes), une dose de menthe séchée, sont mises dans la théière de gauche. Après le lavage des feuilles, de l’eau bouillie est versée sur le mélange thé-menthe qui sera mis sur les braises pour un bon quart d’heure.

Le thé échoit dans la deuxième théière, celle de droite, emplie de menthe fraîchement cueillie, pour être longuement transvasé de la théière à une grande chope jusqu’à ce que la boisson devienne mousseuse. La mousse est synonyme de chance et de fortune, c’est un beau présage. Selon les goûts, pour des raisons de santé ou par pure fantaisie de groupes aux affinités communes.

Trois verres :

  • le premier verre est parfaitement différent. Il peut être totalement exempt de menthe fraiche, il sera donc servi directement de la première théière avec ou sans adduction de sucre. A la saveur un peu amère, il est appelé lerrass (pour la tête), ou tekyaf pour les fumeurs ou amateurs de narcotiques. Le second verre, lemnaânaâ est sucré et parfumé à la menthe fraîche. Il est également aromatisé à l’essence de menthol ou au clou de girofle épandus sur le pain de sucre, elkaleb (fameuse masse de sucre blanc coulée dans des moules coniques). Quant au troisième, ettali ou lekhfif, il est léger, sucré et fortement aromatisé. Au-delà du rituel, le plus insolite dans les séances de thé demeure l’ambiance spécifique qui, si l’on n’est pas initié aux règles du thé, ne se décèle que par pur hasard. Le préparateur est effectivement le maître de la séance, choisi ou imposé par des membres influents aux affinités communes. La règle requiert une parfaite obéissance aux exigences de la djemaâ (assemblée). Ainsi, le rituel devient un jeu codifié où la victime doit payer, après un forfait (souvent parler à haute voix, prendre directement un verre sans la permission du maître ou refuser de continuer la séance), le tribut exigé par le groupe pour la prochaine séance de thé (friandises, fruits secs ou viande selon le cas). C’est tout simplement le charme discret et l’humilité humaine d’hommes et de femmes issus d’une zone aride qui se mettent en scène en un moment privilégié.

Houria Alioua

Liens utiles :


Sahara-marocain.com

Fiche du thé

Boite à outils

Rabat
Horaire20:00:38 PM

Maroc - Fiche pays

  • Europe
  • Europe

  • Afrique
  • Afrique

  • Amèrique du N.
  • Amérique du Nord

  • Amèrique C.
  • Amérique Central

  • Amèrique du S.
  • Amérique du Sud

  • Asie P.O.
  • Asie Proche Orient

  • Asie M.O.
  • Asie Moyen Orient

  • Asie E.O.
  • Asie Extrème Orient

  • Océanie
  • Océanie

VB pratique

Espace Pub