Voyages Baroude, le site des baroudeurs. Partager pour mieux voyager.

EuropeFrance 

Récit du voyage de Suzanne et Michel en Côte d’Azur & Provence "La Camargue"

jeudi 23 février 2006, par Suzanne

Retour partie01 partie02

GIF - 112.3 ko
Cliquer sur la carte pour agrandir

La Camargue, 23 juin :

En route vers cette fameuse Camargue. Nous roulons sur de petites routes bordées de « cannes » en fait c’est du bambou mais en plus petit. Des rizières, eh oui, la Camargue est reconnue pour son riz et son sel aussi ; des vignes dont le sol est de sable, des cépages pour rosés y croissent ici, appelés « vin de sable ». Parfois on aperçoit des chevaux, le cheval fait vraiment partie de la vie et de la culture provençale.
Plusieurs heures passées à Aigues-Mortes, nous faisons le tour de ses remparts, il fait chaud. Dînons sous les platanes, le ciel est sans nuage et d’un bleu….. Provençal ! Michel y mange ses meilleures moules à vie !

Nous arrivons par la suite à Saintes-Maries-de-la-Mer, la plage est fort belle mais l’ambiance fait un peu bord de mer de l’est des Etats-Unis avec plein de gitans « insistants » en prime. Vite on part de là !

Avignon, 24 juin :

Belle visite au Palais des papes, beaucoup à voir et à apprendre, avons pris l’audio guide, très bien. On s’agite en préparation du festival de théâtre d’Avignon. Nous faisons quelques achats intéressants à la boutique du Palais. Nous dînons sur la Place de l’Horloge, animée et fort agréable. Encore une fois, il fait très chaud ! Vite un rosé.
Petite virée sur le Pont d’Avignon, l’audio guide y joue la célèbre chanson. C’est quand même émouvant de se retrouver sur ce bout de pont (car il est incomplet) qui traverse le Rhône, pont que l’on connaît de par sa chanson depuis notre enfance. Avignon est une belle ville, pleine de vie.
Ce soir, c’est la « parade » à Grans. Après notre souper, on se prépare et revêtons nos beaux atours. La parade débute en retard et se déroule lentement dans les rues animées du petit village, il y a beaucoup de monde. Nous assistons ensuite à un spectacle. Debout et le spectacle s’éternise, on quitte avant la fin.

En arrivant à Cornillon, c’est la cacophonie, là-bas dans la campagne, on y entend des brebis, des oies ou canards, des grenouilles, etc.… incroyable ! Quel concert !
En passant c’est la Saint-Jean Baptiste.

Pont du Gard et Tarascon, 25 juin :

Quel pont ! Encore une fois, bravo les romains ! Ils sont incroyables, on n’a pas inventé grand chose depuis eux finalement. Michel est admiratif ! Le pont est tout seul en pleine nature, il y a du monde bien sur, mais c’est bien.
On dîne dans un petit café d’habitués à Beaucaire, on écoute les conversations, toujours fascinantes. On visite ensuite le château fort de Tarascon du bon roi René. La fraîche du château fait du bien.
Dernière nuit à Cornillon.

Villages du Luberon, 26 juin :

Nous faisons nos adieux à nos hôtes de Cornillon. Notre séjour en Provence n’est pas terminé mais la maison n’était pas libre pour les derniers jours qui restent à notre séjour. Donc, nous déménageons à Salon de Provence, dans la maison même de Geneviève et Gilbert.
Wow quelle maison ! Je me crois une fois de plus dans un film. Trois grands étages, des plafonds immenses, nous logeons dans une chambre au dernier étage avec notre salle de bain, c’est très bien ! La maison occupe le terrain d’un ancien monastère. La maison est dans la famille depuis plusieurs générations. Dans le salon, aux murs, des portraits des aïeuls, il y en a même un qui a fait la campagne d’Italie avec Napoléon. Ce n’est pas rien.

On réveille tout le monde (ils étaient encore sur le party la vieille, un souper au taureau à Grans….) Geneviève arrive nue pied, enveloppée dans sa robe de chambre, elle n’a pas trouvé ses clefs hier soir et est revenue avec l’auto de son frère Jean-Pierre qui habite à côté. Installés dans le cuisine, on refait un autre p’tit dej. pas banal, soit café, tartines, confiture de kiwi cuisinée par Gilbert qui récolte ses propres kiwis qui poussent sur la propriété, miels du pays et pêches fraîches. On a déjà bien sympatisés.
Nous voilà maintenant partis pour une balade dans le Luberon. La campagne est magnifique ici ! Les maisons très belles, beaucoup de vignes, parfois du lavandin (ce n’est pas encore le temps de la lavande), beaucoup d’arbres fruitiers. Le paradis terrestre quoi !
On fait un arrêt à Opède-le-Vieux, Ménerbes (maintenant célèbre grâce à Peter Mayle et son fameux « Un été en Provence »), et Lacoste. A Gould, nous dînons au Café de la Poste d’un lapin à la moutarde. Charmant village ! Tous des petits villages, perchés ou non, dans le Luberon, vraiment très beau, nous adorons. Le long de la route, plein de platanes, attention, la prudence est de rigueur, ils conduisent si vite ici, et sont si peu patients, beaucoup de dépassements. On s’arrête à Roussillon, tout est de couleur ocre ici sur fond de ciel bleu provençal. Super ! Petite marche dans la carrière d’ocres, impressionnant de voir ces monticules rocheux rouge, oranger, jaune….. La pluie commence, on est tout sales et avons laissé le parapluie à la maison, on n’est plus habitué à la pluie. Nous devons retourner car c’est la 2e parade ce soir, nous aimerions prolonger à Roussillon, belles boutiques et ateliers d’art.

Donc retour à Grans costumés et non déguisés, je le rappelle. Nous arrivons à l’avance avec Gilbert dans son beau costume et nous « glandons » en attendant. Nous mangeons une pointe de pizza avec les autres québécois eux aussi participants de la parade, leur petite fille est splendide dans sa robe de princesse. La parade cette fois-ci se déroule plus rondement, encore une fois beaucoup de spectateurs pour nous voir déambuler, nous saluons comme il se doit. Cette fois-ci nous avons droit à des sièges pour voir le spectacle, encore une fois une bataille a failli éclater à cause d’une histoire de places. Un gars « irrité » en voulait à un autre qui était assis bien tranquille en avant de lui, d’abord il a voulu lui « arracher les dents » et ensuite lui « arracher la tête », le sang chaud ces provençaux ! Si vous croyez que Peter Mayle dans son livre « Un été en Provence » exagérait, détrompez-vous !
En fin de soirée, il est maintenant très tard, presque minuit je dirais, nous soupons ou plutôt devrais-je dire nous réveillonnons de cochonnet grillé avec la troupe de nobles dansants à laquelle participent Geneviève et Gilbert dans leurs loisirs. Ils sont tous fort beaux dans leurs beaux habits de velours et leur perles nombreuses. Mais les français rallent un peu, le cochonnet n’est pas à leur goût, apparemment trop sec et réchauffé, nous on le trouve bon ! Assis au bout de la table, la mère de 90 ans de Geneviève qui fête elle aussi, semble bien en forme. On se couche à 2hres du mat.

Beaumes-de-Venise, 27 juin :

Levés tard ce matin, petit déjeuner animé avec nos hôtes de Salon, toujours bien intéressants.

Après les explications de Gilbert, nous prenons la route vers Beaumes-de-Venise, on a oublié les cartes sur la galerie, on est mal barrés. Difficile de suivre les indications, Beaumes n’est jamais indiquée comme telle, on essaie de trouver quelqu’un pour des explications, c’est dimanche et bien sur tout est fermé comme il se doit. On réussit à trouver des gens, à deux reprises, on reçoit des indications contradictoires. On commence à s’impatienter ! Finalement nous y voici ! Petite balade dans les vignes de Beaumes, Vaqueras, Girondas. Incroyable de voir ces vignes qui poussent dans la roche, elles y vont puiser tout ce qui en fait un bon vin. Autour, les Dentelles de Montmirail. Arrêt à la coopérative de Beaumes, nous achetons du muscat Beaumes-de-Venise, un délice !
Nous soupons tranquilles dans un resto de Salon. En revenant à la maison, tout le monde est parti, il fait noir, enfin on croyait qu’il n’y avait personne. Mais la mère de Geneviève est là, Suzanne, assise seule au salon, dans la noirceur. On se présente, on fait la jasette. On apprend que la maison a 91 ans, son âge !

La dernière, 28 juin :

Aujourd’hui visite à La Fontaine de Vaucluse, petit village qui doit sa notoriété à sa fontaine, en fait c’est un phénomène géologique, la fontaine enfoncée dans les profondeurs de la terre, émerge, parfois de manière impromptue en grands torrents, entre les rochers mais on ne sait pas à ce jour d’ou elle prend sa source. Plusieurs on essayé, personne encore n’a trouvé. De temps en temps, l’eau remonte de façon subite et en grande abondance ; attention à vous alors, on peut se faire prendre comme cette touriste assise sur une roche pour la photo classique, une vague subite est arrivée et l’a emportée (vu dans le Paris Match).

Arrêtons dans un autre village perché du Luberon, Gordes et y dînons, il vente fort encore une fois et c’est même pas très chaud.
Ensuite, visitons l’abbaye de Sénanque bien conservée, entourée de plates-bandes de lavande. Nous faisons ensuite une petite balade à Rustrel, là aussi des montagnes d’ocres. La campagne est si belle et ça sent la lavande.
Retour à Salon, on prend l’apéro avec les québécois qui sont toujours là, logeant dans la dépendance aménagée sur le terrain des Grimaldi-Gautier, finalement nous prenons notre dernier souper avec eux.
C’est joyeux et festif !

Une jolie fin à notre superbe séjour en Côte d’Azur et Provence, des vacances qui furent magnifiques, on a même réussi à se reposer.

Haut de page

Boite à outils

Paris
Horaire07:22:12 AM

France - Fiche pays

  • Europe
  • Europe

  • Afrique
  • Afrique

  • Amèrique du N.
  • Amérique du Nord

  • Amèrique C.
  • Amérique Central

  • Amèrique du S.
  • Amérique du Sud

  • Asie P.O.
  • Asie Proche Orient

  • Asie M.O.
  • Asie Moyen Orient

  • Asie E.O.
  • Asie Extrème Orient

  • Océanie
  • Océanie

VB pratique

Espace Pub